1931-1935: les pionniers, naissance de l'aérodrome
Voir plus
1935: l'inauguration officielle
Voir plus
1935-1939: le temps de l'aviation populaire
Voir plus
1940-1945: temps de conflit
Voir plus
1945-1970: le bon temps !
Voir plus
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 1931-1935: les pionniers, naissance de l'aérodrome
  • 1935: l'inauguration officielle
  • 1935-1939: le temps de l'aviation populaire
  • 1940-1945: temps de conflit
  • 1945-1970: le bon temps !
Quelques images souvenirs..

livre aero

commander

L'aventure...

  • Le périple de Monsieur Laboudie de Cahors..
    Le 30 Août 1935, Monsieur Laboudie, industriel Cadurcien très investi dans la réalisation de l’aérodrome de Labéraudie, entreprend en compagnie de Monsieur Denis de Limoges, un périple à travers l’Europe passant par Rome, Athènes, Alep, Jérusalem, Beyrouth, Istambul, Bucarest, Belgrade, Vienne, Genêve.. sur son avion Caudron Aiglon à moteur Renault. La boucle est effectuée en 10 jours et c’est un authentique exploit digne des pionniers de l’aviation qui est réalisé par un cadurcien sur un appareil avec un poste de pilotage ouvert...
  • Le décollage manqué de l'avion du général Denain, ministre de l'air, à l'occasion de la manifestation d'inauguration de l'aérodrome..
    A Labéraudie, après quelques pas sur le terrain, le général coupe le ruban à 16 heures et monte dans son avion afin de quitter Labéraudie pour un banquet à l’Aéro-club de Provence. Mais l’avion bimoteur ne réussit pas à prendre de l’altitude, la piste étant trop courte. Après avoir brisé deux arbres, à dix mètres d’une maison et à cinquante mètres d’un bois, il termina sa course dans la vigne de Louis Malbert Le ministre et le pilote sortiront indemnes, par contre l’avion est bien abimé. Et Rossi d’ajouter : « Nous avons eu de la chance ».
  • L’aventure Pou-du-ciel
    Le 2 novembre 1934, paraissait un livre qui provoqua un séisme dans le monde de l’aviation légère de l’époque : Le sport de l’air. Pourquoi et comment j’ai construit le Pou-du-ciel, par Henri Mignet.Après une longue période d’études et expérimentations et après avoir construit trois appareils, l’auteur avait construit en un mois, le pou-du-ciel N°4, un appareil sans ailerons, virant grâce au roulis induit. Le livre connut un succès phénoménal et inspira la construction de centaines de pou-du-ciel dans le monde entier. Le pou-du-ciel connut des débuts difficiles avec même des accidents mortels. Une fois mis au point, il engrangea un formidable élan de sympathie dans le monde de la construction amateur...
  • L'autoplan du docteur E. Barret de Nazaris
    Son aspect général rappelle un peu le pou-du-ciel mais il s’en distingue par le fait que l’aile avant est fixe et équipée d’ailerons, l’aile arrière donne le réglage de profondeur et est commandée par le manche. Sa particularité est le grand entreplan horizontal (projection horizontale de la distance entre le bord de fuite de l’aile avant et le bord d’attaque de l’aile arrière) Léon Lacroix est le concepteur des autoplans qu’il développa surtout dans les années 36- 39 avec l’aide et le dynamisme du docteur Barret de Nazaris...
  • L'avion de Marguerite Moreno
    L’avion personnel de Marguerite Moreno (un Caudron "Phalène), actrice célèbre de la Comédie-Française - était entreposé dans les hangars de Labéraudie et la Résistance locale devait lui ôter les ailes afin que les Allemands ne puissent l’utiliser. L’actrice s’était installée, pendant l’entre-deux-guerres dans sa propriété de Touzac («La Source Bleue», aujourd’hui transformée en auberge) qu’elle quittait régulièrement pour la scène et le septième art.
  • Le SALS
    En 1946 est créé le « Service de l’Aviation Légère et Sportive » (SALS), dont la vocation consiste essentiellement à mettre à disposition des aéro-clubs des avions et des instructeurs, ainsi donc un avion Stampe SV4 est mis à la disposition de l’aéro-club (le premier Stampe F-BCFZ jusqu’en avril 49 puis le F-BCGP jusqu’à fin 1959..) un autre appareil Bultee (F-AQLU) est utilisé par le club de juillet 1953 à mai 1954.

Ils ont écrit l'histoire de l'aérodrome de Labéraudie:

  • Né le 26 janvier 1900 à Agen, il suit une éducation chez les Jésuites ou il rêve d’évasion en construisant des avions en papier... Après ses études de médecine à Bordeaux qu’il achèva comme assistant des éminents professeurs Moure et Portman dans la spécialité nez, gorges, oreilles, larynx, il s’installa en Afrique du Nord avant de rejoindre Cahors ou il devint médecin consultant et chirurgien du centre hospitalier, fonction qu’il occupera jusqu’à sa disparition en 1952. C’est à Cahors qu’il attrapera le «virus» de l’aviation, qu’il se passionnera pour l’aviation dite «légère», populaire et pour la conception et la construction de prototypes d’avions (pou-du-ciel, autoplan) avec Léon Lacroix et Camille Baboulène. Ces constructeurs amateurs entretenaient une fraternité nationale à peine freinée par la deuxième Guerre Mondiale.. Il disparut le 23 mai 1952, en Espagne, lors d'une tentative de record de distance pour avion de moins de 500kg.
  • Menuisier ébéniste (école des arts et métiers d’aix en Provence), il avait crée son premier atelier dans la rue du Portail Alban et déménagé après la dernière guerre, vers la rue Wilson. Il eut, sa vie durant, la passion de l’aéronautique et en avait exploré toutes les facettes : aéromodélisme, vol à voile, vol à moteur. Avec le docteur de Nazaris, il s’était lancé vers 1934 dans la construction de ces «drôles de machines» : notamment les fameux «poux du ciel» conçus par Henri Mignet. Il mettait au point, vers la fin 44, au laboratoire des arts et métiers d’Aix en Provence, pour le compte des sports aériens, le premier «Emouchet», planeur monoplace. Il entreprendra, en 1953, la construction d’un Jodel biplace qui fera les riches heures de L’Aéro-Club du Quercy jusqu’au terrible accident du président Delmas en 1965. Il a participé du début à la fin à l’aventure de Labéraudie: animateur de la section aéromodélisme avant et pendant la guerre, formateur à la préparation militaire Air dans les années 50, entretenant les appareils de l’ACQ et même ceux qu’il n’avait pas construits...
  • Aviateur et combattant de 14-18, il fut aussi un commerçant prospère de Cahors, membre du cabinet d'Anatole de Monzie, ministre et maire de Cahors. Il fut le premier président de l'Aéro-club du Quercy, fonction qu'il occupait lors de l'inauguration officielle de juin 1935. Personnalité charismatique de son époque, il était un aviateur émérite et passionné.

1947 : Lors d'un atterrissage d'urgence en travers du terrain, le Stampe s'est renversé dans le fossé qui borde le terrain...

 

Crédits photos :

Inès Gilardit, Odette Conti, René Fournier, Bernard Orliac, Lionel Barret, JeanJacques Baboulène, familles Faydi, famille Antonetti, fond Bouzerand-Nespoulous.