Les dates des 8,9,10 juin 1935 furent à marquer d’une pierre rouge dans l’histoire de l’aérodrome. Favorisées par le beau temps, Ces journées organisés par l’Aéro-club et son  président Gaston Artigalas, Paul Orliac, Conseiller général de Gramat et président de la Chambre de Commerce, furent placées sous la présidence du Général Victor Denain,  Ministre de l’Air, d’Anatole de Monzie, maire de Cahors (de 1919 à 1942), député du Lot, plusieurs fois ministre sous la IIIème République, René Besse, député du Lot, le préfet  Marcel Jacquier.


Programme des grandes fêtes des 8,9 et 10 juin 1935

Une foule dense (plus de 45000 personnes) vint assister aux manifestations aériennes sur le terrain de Labéraudie. Un programme de plus de 40 pages était distribué  gratuitement à 20.000 exemplaires, et la cérémonie fut même radiodiffusée par Toulouse PTT et des « causeries » faites aux micros de Toulouse-Pyrénées et Paris-PTT.
Outre la fête aérienne, se déroulèrent dans Cahors et à Labéraudie : retraites aux flambeaux, représentations de gymnastique, bals, lâchers de pigeons, rallye-ballons, concerts,  illuminations…
Le dimanche 9 juin 1935 à partir de 15 heures : début de la grande fête aérienne à laquelle participèrent le Général Joseph Vuillemin (commandant le Ier corps aérien) le  Capitaine René Fonck (l’« As des as » français et Alliés de la Première Guerre Mondiale avec 75 victoires), le pilote-aviateur Surtel (qui participa à l’aménagement technique du  terrain), Jean Mermoz qui détient le record du plus grand nombre de traversées de l’Atlantique-Sud, le Capitaine Maurice Rossi, recordman de la plus longue distance en ligne  droite sans escale, Raymond Delmotte (en mai 1935 remporte à Étampes la 3ème Coupe Deutsch-de-la Meurthe à la vitesse moyenne de 443,965 km/h sur son Caudron C.460  «Rafale»), Lionel de Marmier (chef pilote d’essais à la direction générale d’Air-France), Michel Detroyat arrivé de Nice sur son Morane-Saulnier 234 (pilote d’essai) virtuose de  voltige aérienne, champion de courses de vitesse), Georges Detré (remporte la Coupe Deutsch en 1933 à la moyenne horaire de 322,800 km/h sur Potez 53), Jérôme Cavalli  (pilote d’acrobatie, sur avion Gourdou Leseurre GL-B.6 n°1, construit à un seul exemplaire pour ce pilote), René Paulhan (champion d’acrobaties aériennes, sur avion Koolhoven  FK 45), Plinio Romaneschi, célèbre parachutiste, suivi par la patrouille militaire acrobatique composée de 9 avions venant de Pau.Des démonstrations, des baptêmes de l’aire  eurent lieu en présence des tous les « as » de l’aviation.

Le Lundi 10 juin : Le Potez 56 du général Denain, piloté par Maurice Rossi se pose vers 11 heures ; une compagnie de tirailleurs sénégalais (16ème RTS) rends les honneurs.  ensuite à la Chambre de Commerce ainsi qu’à l’Hôtel de ville de Cahors. 
A Labéraudie, après quelques pas sur le terrain, le général coupe le ruban à 16 heures et monte dans  son avion afin de quitter Labéraudie pour un banquet à l’Aéro-club de Provence. Mais l’avion bimoteur  ne réussit pas à prendre de l’altitude, la piste étant trop courte. Après avoir brisé deux arbres, à dix  mètres d’une maison et à cinquante mètres d’un bois, il termina sa course dans la vigne de Louis  Malbert
Le ministre et le pilote sortiront indemnes, par contre l’avion est bien abimé. Et Rossi d’ajouter : «  Nous avons eu de la chance ».
Tout le monde étant rassuré, le spectacle aérien se poursuit : le Président Gaston Artigalas se livre à  des prouesses acrobatiques ainsi que la patrouille d’Etampes (« la plus forte du monde »).
Le ministre devra attendre un autre appareil venu de Pau qui s’envolera vers 17 h 30 sous les  applaudissements de la foule, d’autant que quatre appareils de l’escadrille militaire de Pau, « survolent le terrain à faible altitude et en ordre de bataille ».

Jérôme Cavalli (Gourdou-Leusseure) René Paulhan (Koolhoven FK-45), Michel Detroyat (Morane-Saulnier 234) en formation dans le ciel Cadurcien